vendredi 6 décembre 2019

Le Bulletin Paroissial de la semaine prochaine


Le bulletin de la semaine du 8 au 14 décembre 2019 vous attend ici
Les cinq « outils missionnaires » de la Paroisse. Encore faut-il les voir ?
1-     L'Adoration et la Prière
Donner toute sa place de la Messe, au Mystère Eucharistique dans nos vies... avec l'Adoration, la Prière partagée en groupes, l'Oraison avant les Messes de semaine, la Prédication et sa trace sur le bulletin Paroissial pour creuser la Parole qui sauve...Tout visage liturgique qui manifeste l'ouverture à Dieu dans notre vie chrétienne...
2-     La fraternité...
Un chrétien n'est jamais seul et seul « il est en danger ». Donner une part de  visage de fraternité dans notre ville, apprendre à nous reconnaitre, à accueillir, à nous ouvrir...
3-     La réflexion et l'intelligence de la Foi...
Saisir tout ce qui est occasion de formation, pour vivre ce que disent les mots de la Foi. Etre attentif aux groupes qui existent et déjà vivent la réflexion et le partage dans la Foi (Bible, Credo, Groupe des Pères et des Mères,  Catéchisme, Catéchuménat, Scoutisme)...
4-     Le Service...
Il est vital le temps où l'on se sent invité à prendre sa part de service et d'engagement, car la vie de Foi ne peut être passive ;  « c'est par mes œuvres que je te dirais ma Foi » dit St Paul...Que chacun se demande ce qu'il fait pour les autres et pour la communauté...
5-     La rencontre comme un lieu d'évangélisation...
Tôt ou tard et en tant d'occasions, oser, parler, partager, confier, évoquer, annoncer, témoigner...de ce qui nous fait vivre...« La Fraternité missionnaire » en actes...

« Nous sommes invités à former une Communauté en mesure de développer une pédagogie capable d'accueillir tout ce qui n'est pas parfait, tout ce qui n'est pas distillé mais non pas moins digne d'amour »...              Pape François au Japon Novembre 2019
« Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche » Mt 3, 1-12

 « Avez-vous pensé à la patience de Dieu, la patience qu'il a avec chacun de nous ?
C'est sa miséricorde. Il prend toujours patience avec nous, nous comprend, s'occupe de nous, ne se lasse pas de nous pardonner si nous savons revenir à Lui avec le cœur contrit... « Grande est la miséricorde du Seigneur » dit le Psaume...N'oublions pas cette parole ; Dieu ne se lasse jamais de pardonner, jamais ! « Alors, père, quel est le problème ? »...Le problème est que nous, nous nous lassons, nous ne voulons pas, nous nous lassons de demander pardon...Il ne se lasse jamais de pardonner, mais nous, parfois, nous nous lassons de demander pardon. Ne nous lassons jamais car il est le Père amoureux qui toujours pardonne, qui a un cœur de miséricorde pour nous tous. Et nous aussi, apprenons à être miséricordieux avec tous. Invoquons, sans nous lasser, l'intercession de la Vierge Marie qui a eu entre ses bras la Miséricorde de Dieu fait homme »...                                                                                 Pape François, Angelus

En lien avec la Fête de l'Immaculée Conception de » Marie...Marie, aide-nous à devenir simples...
Marie, quand je te regarde et que je contemple ta vie pleine de merveilles, je suis obligé de voir ta simplicité. Ce que tu avais ; une Foi ouverte à tous les vents. Ce que tu étais : une femme prête à servir. Autrement dit, presque rien aux yeux des hommes et carrément tout aux yeux du cœur de Dieu. Et tu as su aimer ce Dieu, ce que Dieu aimait et tu as donné chair à cet Amour de Dieu. Alors, Marie, aide-nous à devenir simples, en aimant ce que nous avons, en aimant ce que nous sommes. Ce que nous avons : la vie avec toutes ses couleurs et notre corps avec ses beautés et ses laideurs. Ce que nous sommes : des hommes et des femmes parfois sans saveur et parfois pleins de flammes, mais toujours « bien aimés du Père ». Fais que nous sachions aimer ce que Dieu aime en nous pour donner chair à cet amour autour de nous...         Père Pierre Pythoud, msc         
Les Fêtes de Noël à la Paroisse Saint Joseph de Toulouse

Mardi 24 Décembre- de 17h à 19h- Confessions à l'église
Mardi 24 Décembre- 21h-
Veillée et Chants de Noël- Messe Solennelle de la Nuit de la Nativité
Mercredi 25 Décembre- 9h30 et 11h-

Messes Solennelles du Jour de la Nativité

vendredi 29 novembre 2019

Ne vivons pas « comme si » ! « Attendre » est une vocation...

Comme si rien ne devait finir en ce monde, comme si le monde allait durer sans fin, comme si rien ne devait arriver, comme si la finitude concernait les autres, comme si vivre était un droit, une évidence, un dû, comme si Jésus n'était pas venu ! Tant de chrétiens, en cette période, préalable à Noël, se remettent « en attente » ! L'histoire sainte ne cesse de nous parler de « l'attente » d'un Sauveur. Jean dira : « Il est venu chez les siens et les siens ne l'ont pas reçu ». Elles sont légions, les générations de chrétiens qui ont « ouvert les yeux » et vu,! Noël est bien cette affirmation, à la face du monde, que Dieu a pris « figure humaine » pour y mettre son empreinte et montrer à l'homme, le chemin de son accomplissement...à condition de voir plus loin « que le bout de son nez » ! Et nous vivons plus que jamais, dans un monde pour qui cela n'a pas de sens. Ce n'est pas nouveau, c'est la liberté de ceux qui n'ont pas vu, mystérieusement, en leur vie « le soleil qui vient ». L'Avènement (l'Avent) c'est la réalité de cette finitude des choses humaines, que Jésus n'a cessé d'annoncer et l'accomplissement de toutes choses « en Dieu ». Voilà ce dont Jésus nous entretient et il nous avertit...« Veillez, tenez-vous prêts » Mt 24, 37-44)...car cet accomplissement viendra « à l'improviste », « comme un voleur », « comme ce fut au temps du déluge », « à l'heure où vous n'y penserez pas » ...Noël devient comme un rappel permanent de cette attitude fondamentale pour le croyant, qui est de « se savoir aimé et rejoint par Jésus » « dans l'attente de la rencontre définitive». Comme si la grande tentation des hommes était de douter, de s'impatienter, de se détourner, d'oublier, de s'aveugler. Comme si, l'expérience de tant de « rendez-vous manqués » nous rappelait à notre inconstance, à cet aveuglement dont Jésus parle quand il dit ; « J'étais affamé, malade, en prison...et vous ne m'avez ni vu ni visité »...Mais aussi à cet aveuglement intérieur dont Jésus parle quand il répond aux pharisiens : « La venue du Royaume ne se laisse pas observer de l'extérieur et l'on ne dira pas , voici il est ici ou il est là...car le règne de Dieu est au-dedans de vous »...Vous savez, ce « trésor caché » qui est « au-dedans de nous » et dont St Augustin parle si bien ; « Longtemps je t'ai cherché dehors et tu étais au-dedans de moi » (Confessions). « Attendre » c'est bien notre belle et grande vocation, nous qui avons déjà « goûté » au mystère et à la réalité de sa Présence...     Père Michel Pagès


Vivre le Temps de l'AVENT et la PREPARATION à NOEL
Propositions et animations...à la Paroisse St Joseph
Dimanche 1er Décembre avec « Lourdes-Cancer-Espérance » 31/09
Messe festive et animation de la Maîtrise de la cathédrale/Rencontre/Vente
 
Les 7 et 8 Décembre- PELERINAGE JUBILAIRE à N D  et St JOSEPH de COTIGNAC (Var) « Porteurs des intentions de tous, nous confierons »
Mardi 10 Décembre- 20h30- CONFERENCE, RENCONTRE et FILM
« Des ponts, pas des murs » avec l'association « les enfants de Terre Sainte »- (voir affiches) 
Mercredi 18 Décembre- 20h30- CONCERT de CHORALES croisées 
« Le Tourdion » et « Jeux d'Ibis » -Programme de Noël et profane-
(entrée libre et libre participation au 115/accueil des sans abris)
Jeudi 19 Décembre- 20h30- CELEBRATION PENITENTIELLE
en Doyenné à l'église Sainte Thérèse
Dimanche 22 Décembre- à l'issue de la Messe de 11h-
Repas partagé « AGAPE » dans l'esprit de Noël- ouvert à tous 
Dès le Temps de l'Avent et jusqu'au 2 février- Découvrir la tradition de la Crèche en notre église, la vivre, l'entretenir dans nos foyers, comme le signe visible d'une attente authentique et de la joie d'une Présence ...

« J'avais appris que la patience était une vertu suprême, la plus élégante et la plus oubliée. Elle aidait à aimer le monde avant de prétendre le transformer. Elle invitait à s'asseoir devant la scène, à jouir du spectacle, fût-ce un frémissement de feuille. La patience était la révérence de l'homme à ce qui était donné. Attendre était une prière. Quelque chose venait. Et si rien ne venait, c'était que nous n'avions pas su regarder »...     Sylvain Tesson « La panthère des neiges »

vendredi 22 novembre 2019

Aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis...

Nous savons que notre vie et que la vie du monde auront une fin...Mais l'Evangile entendu nous montre que le terme de notre existence croyante ouvre sur cette extraordinaire Espérance que, si le Christ se proclame « roi », ce n'est pas pour se sauver lui-même de ses accusateurs, ni pour être délivré de la mort, mais pour entrer dans cette mort afin de la vaincre et entraîner l'humanité entière dans sa victoire.
Il nous faut donc regarder et célébrer cette fête avec cette conviction que la Royauté du Christ libère l'homme de tout ce qui le tient. Mille choses peuvent « nous tenir » ou « nous retenir ». Le Christ éclaire la vie de l'homme dans toutes ses dimensions et jusque dans sa réalité mortelle. Voilà notre Espérance.
Comment ? Peut-être faut-il commencer par lui laisser l'opportunité de toucher et d'habiter nos réalités humaines les plus concrètes ? Son œuvre de libération commence par cette « habitation » des choses humaines. Lesquelles ? Il nous appartient de les nommer, mais chacun sait que cela passe par nos choix de vie, nos blessures, nos désirs, nos relations, nos engagements...Au cœur de ces réalités-là, Jésus, victorieux de tout chemin de mort, ne demande qu'à agir. C'est un effort de relecture personnelle sans doute, mais aussi de relecture partagé avec ceux qui partagent notre vie. C'est une relecture sacramentelle qui fait qu'on accepte d'exposer sa vie en confessant son péché. C'est enfin, par une vie chrétienne nourrie qu'on comprend peu à peu cette fameuse « libération » qui creuse en nous ce qu'on appelle « la vie éternelle. Les théologiens nomment cela « le déjà là et le pas encore ».De grandes choses se préparent en nous, qui, face aux petits côtés de la vie et même de l'Eglise, pourtant instrument de « la vie nouvelle dans le Christ », disent notre vocation profonde.

Prions pour que tous les hommes découvrent le Christ cheminant avec eux. Qu'ils entendent son appel à dénoncer dans leur vie, ce qui a visage de jalousie, d'envie et de concurrence. Prions pour que, disciples de Jésus, nous annoncions par notre vie et nos paroles cette vie de plénitude que le Christ a semé en nous. Prions pour que l'Eglise assume davantage sa vocation d'annonciatrice du monde à venir qu'elle célèbre dans les sacrements...      Père Michel Pagès
Dimanche 1er Décembre- au cours de la Messe Paroissiale de 11h- Présence et animation de « Lourdes-Cancer-Espérance » Toulouse/Haute Garonne- Chants par la Maîtrise de la Cathédrale- Echange et Vente pour l'aide aux personnes et à leur prise en charge pour le pèlerinage international à Lourdes.              Vivons la rencontre !

Le Denier de l'Église est une participation concrète à la mission de l'Église...Merci

vendredi 15 novembre 2019

Je ferme les yeux sur cette terre douloureuse, magnifique et dramatique

Cette phrase vient du Testament Spirituel du saint pape Paul VI. Elle rejoint le côté « provisoire de toutes choses en cette vie » que l'évangile de ce jour annonce (Luc 21, 5-19) ; « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre ». Tous ces dimanches nous alertent sur les choses de ce monde, le mariage, les biens, les liens et leur réel impact sur ce que Jésus appelle « Le Royaume » ! A mes yeux, les mots du pape Paul VI montre bien le dilemme qui est le nôtre ; Nous sommes concernés, engagés et même fascinés par les réalités de ce monde et nous savons que nous avons vocation à l'habiter. En même temps, nous prenons vite conscience et par nombre d'aspects, de la fugacité des choses, des liens, des acquis et même de notre propre vie ! C'est ce dilemme que Jésus met sous nos yeux et c'est ce dilemme que nous devons assumer. C'est au cœur de ce dilemme que nous avons à préparer notre « vie future en Dieu », que le Baptême a semé en nous ! Oui, cette terre est belle et magnifique à bien des égards....Elle révèle aussi ses drames et ses douleurs...Parce qu'elle n'est pas « la demeure définitive » dont Jésus parle et qu'il annonce. Ce qui me frappe souvent, au-delà des aspects orgueilleux de ce monde, c'est ce constat que chacun fait et exprime à sa façon, que ce monde est fragile, que la vie est courte, que ce que nous construisons dans nos vies est relatif et temporaire...et pourtant « annonce du Royaume qui vient ».

 Comment faire ? Comment vivre ? Comment discerner ce qui « ne fait que passer » et « ce qui demeure » ? Le Concile Vatican II invitait les chrétiens à « lire les signes des temps » c'est-à-dire à interpréter ce qui indique l'action de Dieu, qui dans l'histoire, travaille à « conduire les hommes au-delà de l'histoire ». Dans une société toujours en proie au déchaînement de la violence, à l'envahissement de l'abondance face aux injustices les plus tranchés, dans une société capable de se produire elle-même...comment lire les signes de Dieu ? Ces formulations des défis les plus récents font échos aux paroles de Jésus ; « Prenez garde des beaux parleurs, des annonces de guerres et de discordes, des menaces, des tremblements de terre, des famines »...Entendons son conseil ; « Cela vous amènera à rendre témoignage, et c'est par votre persévérance que vous garderez votre vie »...Et si témoigner c'était justement assumer ce dilemme qui appelle Dieu ?  Père Michel Pagès
GRANDE BRADERIE DU SECOURS CATHOLIQUE-SAINT JOSEPH
Les 16 et 17 Novembre prochains, venez soutenir et rencontrer l'équipe de St Joseph
Appel à des couettes, couvertures et duvets...merci pour vos dons   06 08 70 62 30
Collecte pour le Secours Catholique aux Messes de ce Dimanche- Merci

A Toulouse, le Secours Catholique-Caritas France, c'est 400 bénévoles répartis en
17 équipes, (dont celle de la Paroisse St Joseph, la seule sur ce secteur de la ville), qui accompagnent près de 3000 situations, personnes et familles, sans domicile, femmes isolées avec enfants, personnes pour soutien à l'intégration, aide à l'apprentissage du français, demandeurs d'asile, accompagnement social en lien avec les travailleurs sociaux pour personnes en situation de précarité ou d'isolement...Mais aussi, espace café-partage, accueil de jour et tournée de la rue, ateliers culturels et créatifs, groupe d'entraide...

L'équipe du Secours Catholique St Joseph cherche en urgence, pour une famille chrétienne de Mossoul (Irak) un logement en échange de service et d'une petite participation financière. Fuyant la persécution, ce couple avec un enfant, est logé de manière très provisoire et bientôt sans abri....
Ne laissez pas cet appel sans réponse. Signalez-vous ou appelez 06 08 70 62 30
Appel de notre Église Diocésaine à « vivre en fraternités missionnaires »...

« L'Église est par nature, missionnaire à condition qu'elle soit fraternelle...J'invite chaque membre de l'Eglise à chercher cette joie d'avoir rencontré Jésus-Christ et cette fraternité qui viennent de Dieu...dans nos paroisses, nos familles, nos quartiers, nos vielles, nos villages, nos associations, nos mouvements, nos services diocésains, notre presbyterium...J'appelle tous ceux qui cherchent Jésus et veulent le faire connaître, à se constituer en fraternités missionnaires, ouvertes à la vie des autres, dans lesquelles toute personnes pourra faire l'expérience de la vie avec le Christ, dans la prière, le partage de la Parole, la vie fraternelle »...   Mgr Robert Le Gall, Archevêque de Toulouse

Merci de prendre ce document du Diocèse, de le lire, de vous interroger, de proposer...
Merci d'entendre l'appel du Livre des Actes des Apôtres qui est comme « la source », « la matrice » de la vie « en Eglise »...
Suite au partage et à la réflexion du Conseil Pastoral de Paroisse sur ce document, un appel aux nombreux groupes existants sur la Paroisse à s'ouvrir à cette démarche, à cette manière de « faire Eglise », à prendre le temps d'un partage sur notre manière de vivre un service, un engagement, pour «  y trouver goût », «  être appelant et missionnaire »...

vendredi 8 novembre 2019

J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. (Luc 22, 32)

Reconnaissons-le, nous n'avons pas le sentiment d'être persécutés à cause de notre foi dans la France d'aujourd'hui - elle nous semble tolérante -, ce qui explique, peut-être, le malaise que nous pouvons éprouver à l'écoute de la première lecture de ce jour. Tout ceci semble renvoyer à une époque révolue. Pourtant, selon l'organisation « Aide à l'Église en détresse », 200 millions de chrétiens dans le monde ne peuvent vivre leur foi librement. La persécution est une réalité d'aujourd'hui, comme elle l'a été dans le passé, comme elle le sera jusqu'à la consommation des siècles. Ce n'est pas le lieu d'égrener ici la litanie interminable des persécutions subies par les catholiques au long de leur histoire. Mais il faut en évoquer quelques unes. Elles ont commencé dès les premiers moments de la vie de l'Église. Souvenons-nous des persécutions venues des Juifs, relatées dans le Livre des Actes des Apôtres, avec les martyres de saint Étienne et de saint Jacques le Majeur. Souvenons-nous des persécutions sous l'empire romain. Qui ne connaît chez nous les noms de sainte Blandine et de l'évêque saint Pothin martyrisés au II° siècle à Lyon ? Souvenons-nous des persécutions du fait de l'Islam qui tolère mal la présence d'autres religions sur les terres qui lui sont soumises. Et souvenons-nous des persécutions contre les catholiques au moment de la Réforme dans les pays anglo-saxons. Souvenons-nous encore de la grande persécution engagée par la Révolution en France contre les catholiques qui avaient le malheur de s'opposer à elle au nom de leur foi. Souvenons-nous, enfin, de la persécution systématique contre les chrétiens de toute obédience dans les pays communistes. Et ce n'est pas fini...parce que la persécution est inséparable de la vie de l'Église. L'Église ne serait plus l'Église si elle n'était exposée à la persécution. La persécution est ce creuset incandescent au cœur duquel notre foi est purifiée comme l'or est purifié par le feu. C'est pour cela que la plus violente des persécutions n'est pas celle qui s'en prend aux corps des personnes, avec le risque encouru de faire de ces personnes des martyrs. Non. La plus violente des persécutions est celle qui, doucement, s'en prend aux âmes. C'est une persécution qui insinue, insidieusement, de fausses doctrines, qui laisse entendre que la foi n'est telle que si elle s'accommode avec le monde, en d'autres termes que les réalités célestes doivent s'accorder avec les réalités terrestres et non l'inverse
comme si le modèle de la vie éternelle était à chercher ici-bas, comme si l'Eglise devait s'adapter au monde. C'est une entreprise de  perversion de la foi. C'est à ce genre d'entreprise déstabilisante que les sadducéens ont voulu prendre Jésus au piège : de qui, la femme mariée plusieurs fois sera-t-elle l'épouse dans l'autre monde ? C'est un piège redoutable auquel il est difficile d'échapper parce nous imaginons volontiers la vie éternelle comme le prolongement d'une vie terrestre, qui serait simplement libérée de toutes ses pesanteurs et servitudes. La réponse de Jésus aux sadducéens sonne comme une mise en garde : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir. » Bien sûr, Jésus ne condamne pas le mariage, d'autant moins qu'il en a institué le sacrement. Mais il affirme que la vie éternelle n'est réductible à aucune réalité terrestre, y compris celle du mariage, et qu'il ne revient donc pas au monde de dicter en quoi consiste la vie éternelle car il finirait par dicter que la vie éternelle, finalement, n'existe pas et que seules comptent les réalités terrestres.

Oui, la persécution est bien là. Qu'elle soit l'occasion pour nous,  de vivre d'une foi purifiée dans cette épreuve,  fortifiés dans l'espérance de la vie éternelle. Le Seigneur ne nous abandonnera pas, lui qui dit à Simon-Pierre, sur le point de défaillir au seuil de la Passion : « Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères. » (Luc 22, 31-32) Quant à nous, humblement, faisons nôtre, dans la confiance, la belle prière de saint Paul : « Que le Seigneur conduise nos cœurs dans l'amour de Dieu et l'endurance du Christ. »...     Paul Kopp, diacre
Dimanche 10 Novembre- après la Messe de 11h- Repas Partage « AGAPE » Venez !

GRANDE BRADERIE DU SECOURS CATHOLIQUE-SAINT JOSEPH
Les 16 et 17 Novembre prochains, venez soutenir et rencontrer l'équipe de St Joseph
Appel à des couettes, couvertures et duvets...merci pour vos dons   06 08 70 62 30
Collecte pour le Secours Catholique aux Messes de ce Dimanche- Merci

A Toulouse, le Secours Catholique-Caritas France, c'est 400 bénévoles répartis en 17 équipes, dont celle de la Paroisse St Joseph, la seule sur ce secteur de la ville, qui accompagnent près de 3000 situations, personnes et familles, sans domicile, femmes isolées avec enfants, personnes pour soutien à l'intégration, aide à l'apprentissage du français, demandeurs d'asile, accompagnement social en lien avec les travailleurs sociaux pour personnes en situation de précarité ou d'isolement...Mais aussi, espace café-partage, accueil de jour et tournée de la rue, ateliers culturels et créatifs, groupe d'entraide...